Avoir des attentes nous empêcherait d’être pleinement dans le moment présent et nous ferait vivre dans le futur.
Encore notre égo qui essayerait de tout contrôler ?


 

 

Des attentes, nous en avons tous ! De quelqu’un, d’une situation, de l’avenir… Seulement en restant dans l’attente, nous bloquons les possibilités d’un avenir meilleur.

En effet, bien souvent, nos attentes sont basées sur l’expectative qu’il nous arrivera ce que nous voulons de la situation, des personnes, de l’avenir…

Hors, en se focalisant sur nos envies, nos attentes, nous pouvons observer que le scénario ne se déroule que rarement comme nous l’avons anticiper.

 

Pourquoi nos attentes sont-elles source de déceptions ?

 

Nous attendons des résultats au travers d’évènements qui ne dépendent pas de nous !

Nous l’avons vu dans plusieurs articles, nous ne pouvons TOUT CONTROLER !

Alors encore une fois, changeons nos perceptions.

« Oser » ou décider, enfin, de vivre sa vie !

Mise en place d’un objectif

 

Que voulons-nous vraiment ? (Article direction changement Avec méthode, j’apprends à poser un objectif)

Il est important d´être focaliser sur ce que nous voulons. Avec le plus de détails possibles, de sensations, de perceptions sensorielles. Il est inutile de focaliser sur un changement que l’on souhaite d’une personne ou d’un évènement déjà passé… nous ne pouvons changer les personnes ou le passé (Il est important de le repréciser).

L’objectif suprême dépend de nous, de ce que nous mettons en place afin qu’il arrive, pas d’une hypothétique baguette magique qui effacerait ou ferait se matérialiser des « rêves ».

Une fois notre objectif posé, visualisé, ressenti, nous sommes capables de « voir » ce qu’il nous manque lucidement  pour l’atteindre.

Nous pouvons alors passer à l’action, pour développer, acquérir, modifier certains comportements qui nous empêchent de l’atteindre.

Afin de cesser d’avoir des attentes non satisfaites, il est nécessaire de nous réapproprier notre vie. Nous libérez de l’emprise de notre égo. Cesser, d’abandonner notre libre arbitre au bon vouloir des autres, de la vie.. et d’attendre que le bonheur vienne de l’extérieur…

 

Le bonheur ?, êtes-vous plutôt « Candide » ou « Ulysse » face au bonheur ?

 

Le moment est venu de se regarder avec lucidité, sans flagellation mais sans filtre.

 

Accueillir, ou lâcher-prise des attentes

 

Oui, une fois que l’on sait ce que l’on veut, on lâche les  » Quand j’aurai atteint ou eu… ce que je veux, je me sentirai comme ci ou comme ça…, j’aurai ceci ou cela…« 

C’est le moment de lâcher les attentes que nous créons avec l’atteinte d’un objectif. 

Il s’agit de se « programmer » pour l’atteinte de cet objectif. D’être attentif à toutes les synchronicités qui nous permettent d’atteindre notre objectif. En se libérant du « mirage » du résultat attendu, nous ouvrons l’accès à d’autres possibilités qui nous permettent de l’atteindre.

Imaginez que les attentes sont des parasites qui nourrissent votre égo, afin que celui-ci garde le controle de votre mental.

Article qui pourrait vous intéresser : Égo, comment se détacher du berceau des pensées et des croyances ?

 

Il est clair que lorsque vous aurez atteint votre objectif il correspondra à vos attentes !

Les bonnes !

 

Celles qui, effectivement, transforment la vie, l’embellissent, provoquent des « papillons » lorsqu’on les vit.

Les attentes du mental sont des chimères qui ne naissent et ne perdurent que dans le mental, n’ont pas de « vie » réelle et qui forcément conduisent à la frustration, car elles ne se matérialisent pas ou pas de la manière dont elles ont été crées.

En lâchant nos attentes spécifiques, nous accueillons la vie réelle. Nous sommes tous en capacité de faire face aux imprévus, nous en avons les capacités. Nous parlons de sortir de notre zone de confort.

Car oui, il peut y avoir des surprises et des bonnes !!! Reprenons les rênes de notre mental, plutôt que de les laisser à notre égo, qui en fonction de notre sensibilité, nous « prévoira » une situation idyllique, (succès, réussite…) ou bien pleine de dangers ( peurs, scénarios catastrophes, échecs…)

Ces deux situations sont virtuelles !

Autorisons-nous à poser notre objectif au présent, avec conviction, de manière positive.

Lorsque je parle de conviction, il s’agit de nous voir dans la situation déjà réalisée. Cela veut dire, à la base, que l’objectif est réaliste et réalisable.

Exemples :

Pose de l’objectif correcte :

  • Je trouve du travail, (remplace : Je cherche du travail mais… il n’y en a pas !)
  • Rencontre d’une personne avec laquelle j’entretiens une relation saine, (je ne rencontrerai jamais quelqu’un qui me rendra heureux/se)
  • Je trouve le logement idéal pour moi (Mon logement est pourri ! Je n’en trouve pas d’autres… Pas les moyens… ).

 

Attentes irréalistes :

  • Si j’avais du travail, je pourrai avoir un nouveau logement…
  • En ayant de l’argent je pourrai m’habiller, sortir et rencontrer quelqu’un…
  • Quand j’aurai ceci ou cela, je serai heureux /se…

 

Conclusion

 

Nous nous rendons compte que nous sommes tous « programmés » à nous fixer des attentes alors qu’en fait nous serions dans le bien-être en posant des objectifs !

Les attentes nous conduisent à penser que la situation s’améliorera grâce à des évènements extérieurs. Elles nous bloquent dans notre mental en nourrissant des pensées.

Encore une fois, afin que la situation s’améliore, il est nécessaire de se fixer un objectif, un but, pour soi-même et mis en place par nous-mêmes (nous m’aime).

De changer de point de vue, de mettre en place des changements. De quitter des situations inconfortables afin de pouvoir en accueillir de nouvelles.

Afin de sortir de la frustration des attentes non satisfaites, je passe à l’action !

 

 

 

Share This