Flammes jumelles, comment mieux vivre le parcours ?

Flammes jumelles, comment mieux vivre le parcours ?

 

Les «flammes jumelles» ?

Une réalité pour certains avec de la passion, de l’agitation, de la cogitation… 😆😆😆 en tout cas, bien souvent une expérience «extraordinaire» !!! 

Si vous ne croyez pas aux flammes jumelles, cet article n’est pas pour vous, mais vous pouvez toujours retourner sur le blogue et continuer votre lecture.

Pour les autres, vous allez trouver la «lumière» dans la nuit….

 

 


 

Les flammes jumelles mythe ou réalité ?

Je pense, c’est une de mes croyances, que le lien de «flammes jumelles» est une réalité !

 

Quelques «flammes» célèbres

 

Elisabeth TAYLOR/Richard BURTON

 

Joséphine DE BEAUHARNAIS/Napoléon BONAPARTE

 

Camilla SHAND /Charles DE GALLES

 

 

 

Ma définition du lien de flammes jumelles

C’est un état, un lien amoureux qui va au-delà de la dépendance affective. Certains l’appellent l’union sacrée. D’autres en parlent comme d’un lien «protégé». 

C’est une «attraction», un sentiment, une émotion, une complétude incomparable. Grâce à un autre être humain et par son intermédiaire, nous renouons avec notre moitié d’âme. C’est euphorisant, dynamisant, «comblant» dans la matière comme dans le spirituel.

Aucune personne, n’ayant connu cette «reconnaissance», cette attirance, cette puissance avec une telle pérennité de sentiments, ne peut comprendre de quoi il s’agit.

Ni dans sa phase extraordinairement positive, ni dans sa phase la plus sombre lors des séparations et des nuits noires de l’âme.

 

Quelques explications sur le lien de flammes jumelles

 

C’est un lien si puissant qu’il vous permet d’être confronter et de traverser toutes les blessures actuelles de votre âme.

Le lien de flammes jumelles peut vous donner accès et représente un outil pour nettoyer les blessures transgénérationnelles.

En les révélant, il peut servir d’accès à la guérison de blessures karmiques. Il permet de mettre en évidence certains liens, comportements, serments passés ou «hérités» de nos vies antérieures.

Les blessures qu’il réveille permettent de nettoyer ainsi notre karma, nos mémoires cellulaires et allègent ainsi le poids du transgénérationnel chez nos descendants.

C’est un lien qui fait ressortir ce qu’il existe de plus beau et de plus laid dans une personne.

Avec un amour comme celui-ci, vous avez tous les outils pour vous «éveiller».

L’autre devient le «révélateur» de ce que vous avez à guérir en vous. Il s’agit de «voir», d’identifier, de reconnaitre l’information que vous devez comprendre.

Comme les négatifs d’une photo, un effet miroir de vos propres faiblesses, de vos qualités de ce vous devez régler, développer, acquérir.

Si vous comprenez, saisissez, enfin le sens de tous les bouleversements que vous vivez, ou avez vécu, en changeant ce qu’il y a à changer, c’est la porte ouverte à votre évolution spirituelle et à votre épanouissement. 

 


 

Nombreuses sont les sources qui expliquent le parcours «flammes jumelles» . Je vais vous en faire grâce, car toutes les personnes se sentant concernées ont certainement lu des articles, ont compris qu’elles étaient dans ce schéma-là.

Alors, me direz-vous, qu’est ce que l’on va trouver de différent ici ?

 

Des outils, pour traverser, au mieux les différentes étapes du parcours

 

En effet, une fois que nous nous sommes reconnus(es) dans ce parcours et peu importe que nous soyons le «chaser» ou le «runner», certaines étapes sont hyper douloureuses.

Je vais présenter ici des outils pour apprendre à mobiliser, créer, nos propres ressources afin de traverser, au mieux, les étapes les moins agréables.

Dans mes recherches j’ai trouvé un article très clair, je vous ai mis le lien en bleu : Les étapes d’une relation de flamme jumelle

 

En résumé, il y a : 

  1. La reconnaissance des  » flammes jumelles »,
  2.  La passion,
  3.  Les phases attraction/répulsion,
  4.  La séparation ( ou les séparations),
  5.  Les retrouvailles (avec un S, car il peut y avoir plusieurs retrouvailles),
  6.  Le lâcher-prise sur la relation, le lien,
  7.  La réunion,
  8.  La fusion.

 

Je vais m’attarder sur les phases qui, à priori, sont problématiques.

En vous fournissant quelques outils pour explorer vos ressentis.

Si vous traversez une période sombre, je vous conseille de vous faire accompagner par un thérapeute qui vous aidera à clarifier vos ressentis et vous aiguillera dans votre questionnement.

 

Les phases d’attraction/répulsion

 

Lorsque l’«état de grâce» s’estompe, la relation peut commencer à devenir difficile. On constate des échanges compliqués. Cela vient du fait que les rapports interpersonnels commence à jouer  au «yo-yo» du type, «je t’aime, moi non plus».

Commencent à apparaitre la jalousie, la possessivité, le manque de confiance en nous…

Lorsque l’un est près à s’investir, l’autre prend ses distances. Ça peut-être l’un ou l’autre du binôme. C’est fatigant, c’est un moment ou l’on se pose beaucoup de questions.

 

Outils :

 

➡ Face à la phase d’incompréhension, de doutes et de questionnement  : Plutôt que de se flageller à savoir ce que l’on a bien pu faire, le moment est venu de rassembler «la confiance en soi» et de s’orienter sur le questionnement.

    •  De quoi ai-je peur ?
    •  Est ce que mon ressenti me ramène à une notion d’abandon ou de rejet  ?
    • Quelle(s)souffrance(s) du passé se réveille(nt), comment puis-je la/les guérir ?

 

➡ Nous commençons à réfléchir sur un «bon» questionnement, sur un questionnement actif.

 

Ainsi, nous couperons  l’herbe sous le pied de l’égo, en ne le laissant pas commencer à «pédaler» et à nous fournir des pensées qui vont le nourrir avec notre propre culpabilité ou bien en nous positionnant en victime de l’autre moitié. ( Voir l’excellent article sur le triangle de Karpman d’Adam Fartassi – Le triangle bourreau/victime/sauveur)

NB :

 

L’égo, n’aime pas du tout les rapports de flammes jumelles, il s’évertuera à « diviser » le couple en susurrant, suggérant des pensées pessimistes, négatives… L’égo, se sent menacé par la remise en questions et les changements qu’engendrent ce type de réflexions.

En effet, car nous devenons ainsi plus libres, et surtout en comprenant d’ou viennent les blessures et en les guérissant, nous retirons à l’égo la possibilité de se nourrir de nos émotions comme la peur, la colère, la tristesse…

Nous aurons repris le controle de nos émotions.

 


 

À défaut d’avoir su faire évoluer notre relation comme nous l’espérions, une séparation est décidée.

 

La séparation

 

Nous sommes séparés physiquement de notre flamme jumelle. Que la situation ait été voulue par nous ou qu’elle nous ait été imposée.

L’absence, le «manque» sont terribles. La douleur, insupportable ! Comme je l’ai dit plus haut, même si c’est nous qui en sommes les instigateurs.

Car après l’euphorie, la libération, peut-être aussi, après la colère ou d’autres ressentis, le manque est là !

L’attitude que nous avons à ce moment là, ne fait que renforcer la douleur. Que ce soit par les pensées, les évènements, les compensations, la solitude… la souffrance est entretenue.

 

Alors, quels outils ? 

 

Je pense, sincèrement, que la meilleure solution est de remettre en place un questionnement.

  • Qu’est ce qui nous fait le plus souffrir ?
  • Derrière cette souffrance, qu’est ce qui nous fait «mal», quelle blessure reste douloureuse ?
  • Lui attribuer un nom, une explication.
  • Situer à quelle situation ça nous ramène, ou « à qui » tout ceci appartient.
  • Trouver la source de la douleur, la guérir.

 

NB :

 

Il est primordial de séparer, de dissocier  l’auteur(e) de la souffrance de la blessure elle même. 

En effet, il a été le révélateur de la blessure mais pas le créateur ! Si la douleur est réapparue c’est que la plaie était déjà là, qu’elle était toujours en «mémoire», peut-être enfouie, certes, mais elle ne demandait qu’à rejaillir. 

Un contre-exemple : Lorsque l’on nous blesse, d’une manière ou d’une autre, mais qu’il n’y a pas de blessure en mémoire. Nous répondons, nous exprimons notre désaccord et puis le sujet est clos. Nous passons à autre car cette blessure, n’était pas déjà inscrite en nous, n’avait pas laissé de trace énergétique douloureuse.

 

Attitudes constructives

 

Donc, durant  cette période de séparation, mettons notre retrait à profit en essayant de résoudre nos problématiques comportementales.

Si dès ce moment là, nous réussissions à mettre cette relation de «côté», en réglant nos blessures, en apprenant à être en paix avec notre âme, en prenant soin de nous, en apprenant à nous aimer, je suis persuadée que nous pourrions revenir très rapidement à des «retrouvailles».

 

Lâcher-prise sur le lien, sur la relation physique

 

Il s’agit de «faire le deuil» de cette relation pour un moment. De lâcher prise sur la personne physique, sur l’histoire d’amour, sur les «rêves» projetés, sur les attentes non satisfaites…Afin de nous concentrer sur notre âme souffrante.

En «lâchant» mentalement, notre autre et en nous apportant toute l’attention dont nous avons besoin pour guérir.

 

Notre enfant intérieur

 

Nous pouvons, par exemple reprendre contact avec notre enfant intérieur. Consacrons lui toute notre attention. Allons voir, à la source de sa conception, dans sa gestation, faisons connaissance avec notre bébé intérieur.

Câlinons-le, rassurons-le, aimons-le, afin qu’il nous donne accès à l’«indépendance affective» car nous lui aurons apporter tout l’amour et le soin dont il avait besoin.

 

Paix intérieure

 

C’est le moment de travailler sur notre paix et notre sécurité intérieure. Il s’agit maintenant de retrouver notre place, de nous accorder notre place en dehors de la relation «fusionnelle» qui a mis à mal notre propre identité. Par de la méditation, du yoga, de la sophrologie, de l’équilibrage énergétique des chakras, de l’hypnose…

Le moment de nous apporter de l’écoute, de la bienveillance, du respect. D’écouter notre âme, notre «moitié» d’ame qui est cependant bien entière et protectrice, chaleureuse et apaisante, à la fois déterminée et tolérante.

C’est le moment de nous retrouver, guéris(es) et de définir notre nouveau chemin.

 

Flammes jumelles : Les tenant et les aboutissant

 

En gardant en tête que toute relation de flammes jumelles est «écrite», elle est choisie avant notre incarnation. Elle est protégée et intemporelle, elle peut aboutir dans cette vie ou dans une autre.

Ces périodes de séparation sont là, pour nous permettre de nous réparer individuellement avant les retrouvailles, c’est à dire le bilan avant la fusion. 

Vous comprenez dès lors que, faire le deuil ici et maintenant nous permet d’avancer dans notre évolution, de nous «débloquer» spirituellement et dans la matière.

D’envisager l’avenir, de faire des projets, d’avancer, de permettre aussi à l’âme de l’autre, par effet miroir énergétique, de se libérer d’un lien égotique et de pouvoir vivre et régler ce qu’il doit régler dans son plan d’existence.

 

Les «aboutissant»

 

Cette séparation redonne à chacun son intégrité, son unité, sa réconciliation avec lui-même.

Tout ce travail nous permet de nous détacher de la  « responsabilité » que nous nous octroyons à l’égard de l’autre.

Que ce soit  comme sauveur mais aussi comme bourreau pour le faire changer et ainsi entrer dans «notre» carte du monde.

De plus, nous quittons aussi le role de la victime en ayant guérie nos blessures. 

Aussi, ce travail nous aura permis de couper le lien de «responsabilité» que nous avons imposé à l’autre partie, de nous rendre «heureux(se)». Nous trouvons ou retrouvons notre autonomie, que celle-ci soit affective, émotionnelle, relationnelle, professionnelle et financière. 

En quittant le côté de la matière, avec toutes nos rancœurs, nos projections, nos attentes, nos blessures…, nous sommes prêts et disponibles pour ce lien, pour la beauté de ce lien.

Mais… tout humain que nous sommes, nous n’évoluons pas au même rythme, nous sommes encore bien trop dominer par notre égo, par notre fierté.

Les regrets, les remords, les rancœurs mais aussi le désespoir peuvent envahir et recouvrir notre lumière intérieure, notre âme, pendant encore un certain temps.

 

Les « pseudos » retrouvailles

 

Alors, le manque sera si fort que nous serons tentés(es) de revenir à cette ancienne relation, même si nous n’avons pas guéri nos blessures. Nous retournerons avec un espoir de «nouvelle lune de miel», de retrouvailles qui, malheureusement ne dureront pas.

Inutile de vous dire qu’il s’agit d’un schéma qui s’avérera répétitif, car la problématique n’ayant pas été réglée, la blessure ou les blessures se réouvriront tôt ou tard.

Il est important de savoir aussi que dans ces situations là, les lunes de miel durent de moins en moins longtemps et les conflits sont de plus en plus «violents».

 

Les effets du nettoyage de nos blessures

 

Une fois le travail accompli sur nous mêmes nous ne sommes plus dans l’attente de l’autre en règle générale. Car cela nous a permis d’avancer dans d’autres domaines de notre vie.

Le travail de «nettoyage», de guérison a permis l’unification  entre notre âme et notre côté «humain». Désormais, ce ne sera plus ce que les autres, l’autre, notre égo, nos croyances, notre éducation… diront, dicteront, qui influenceront nos choix.

Les parties sombres auront été mises en lumière. Qu’il s’agisse de nos peurs, de nos comportements de compensation, de nos auto-sabotages avec nos «échecs», de nos comportements destructeurs… En apprenant aussi de nos «mal à dit» ce que l’on ne dit pas, ce que l’on ne nous pas dit, ce que l’on aurait voulu entendre…

Nous aurons appris à comprendre pourquoi toutes ces situations se sont présentées à nous à un moment donné et comment elles se sont manifestées.

 

Le changement…

 

Ce travail nous aura permis, aussi, de prendre de nouvelles habitudes, de nouvelles façons d’être, de faire. Il nous aura permis de nous éloigner réellement des personnes toxiques pour nous et de créer des liens, d’attirer des personnes qui vibrent comme nous.

Oui, car le travail permet aussi de faire entrer dans notre vie de nouvelles «ressources» aidantes et bienveillantes dans tous les domaines de notre vie. Nous attirons ce que nous vibrons.

Nous avons toujours notre libre-arbitre. Rester dans l’ombre et la tristesse, ou avancer dans et vers la lumière, notre lumière.

Nous serons devenus attentifs, à nous, aux autres, à l’énergie environnante. Désormais prêt à comprendre, à reconnaitre nos propres comportements égotiques et ce qu’ils cachent ou dissimulent.

Pouvoir aussi identifier les comportements égotiques des autres, en comprenant qu’il s’agit uniquement du signe extérieur de leur propre part d’«ombre» intérieur et leur permettre de régler leurs propres problématiques sans nous impacter. 

Accueillir, «surfer», avec les évènements tout en cessant de résister ou d’aller vers un chemin qui n’est pas le notre. C’est ça le lâcher-prise !

 

En conclusion sur les flammes jumelles

 

Le lien de flammes jumelles se déroulent au niveau énergétique, avec des âmes qui ont choisi une incarnation afin de dépasser certains blocages et de se réunir dans une union sacrée, lumineuse, épanouissante, pour accéder à une plénitude totale.

Nous pouvons tout à fait rencontrer notre âme jumelle et avoir, l’une comme l’autre, un long travail d’intégration à effectuer.

Qu’il s’agisse de se reconnecter en premier lieu avec notre âme, trouver le chemin qui nous conduira jusqu’à notre mission, notre vocation, notre passion…

Ensuite, dans un parcours de flammes jumelles, il y a un(e) « autre », qui nous attire, que l’on attire de manière inexpliquée mais avec lequel nous ne sommes pas sereins, épanouis, en sécurité…. Nous avons essayé, il/elle  a essayé de rompre à plusieurs reprises, sans succès, c’est un lien, des circonstances, des pensées…qui ne cessent de nous rapprocher.

Alors, si cette fois-ci, nous changions d’attitude. Plutôt que de fuir, de résister, de lutter «contre» (nous avons vu à quel point c’était inefficace !!! ), pourquoi ne pas essayer d’admettre, d’intégrer cette attirance. dans nos corps subtils et de pacifier avec nos ressentis ?

Travaillons sur nos blessures voyons ce qu’il se passe. Ouvrons nous à la guérison et au détachement, lâchons prise !

 

 

« Sextos » et libido : Une piste pour raviver la flamme ?

« Sextos » et libido : Une piste pour raviver la flamme ?

Sextos et libido : Comment raviver la flamme ?

 

Quelques chiffres

 

Les « sextos » ont depuis plusieurs années la part belle sur nos téléphones mobiles. Cela, apparemment à tout âge. Une étude organisée par Mc Afee en 2014 a révélé que plus d’un français sur deux des 25 à 44 ans a déjà envoyé des sextos et qu’aux États Unis 24 % des 50 a 75 ans en envoie (Le Point, Elle).

(suite…)

Messieurs- Maintenir une sexualité épanouie après 50 ans

Messieurs- Maintenir une sexualité épanouie après 50 ans

Messieurs, à l’heure ou la société est en pleine mutation, ou les « quinquas et plus… » s’autorisent à vivre dans un couple ou la sexualité est vécue de manière épanouie (voir tous les articles sur la libido et la sexualité des séniors).

Des difficultés existent. Certains messieurs connaissent une dysfonction érectile. Ils pensent que c’ est lié à leur âge. Sachez dès à présent qu’il n’y a pas d´âge pour une sexualité épanouie.

(suite…)

Comment surmonter une séparation amoureuse ?

Comment surmonter une séparation amoureuse ?

Comment surmonter une séparation amoureuse ?

C’était votre « grande » histoire d’amour et vous avez des difficultés à remonter la pente. Il y a des étapes dans notre vie à traverser ou à surmonter. Faites vous accompagner par un thérapeute pour cette étape douloureuse.

 

Constat

(suite…)