Reconnaitre qu’il s’agit UNIQUEMENT d’une « peur mentale » qui se cache derrière notre inaction et pouvoir lui dire au revoir, voilà un changement des plus nécessaires.

Cependant, sommes-nous prêts à risquer d’être heureux ?

Si je cesse d’avoir peur, je pourrais ÊTRE moi-même, heureux (se) ?, , dire…, parler.., faire…je saurais dire NON, je cesserais de subir…

Imaginez, qu’aujourd’hui : … Vous n’avez plus peur !!!


 

 

 

Le plus grand des courages est d’affronter ses peurs. La peur est un signal des plus utile, pour notre survie.

Cependant, chez certaines personnes, une forme de peur, celle que j’appelle la peur mentale, a élu domicile. Elle empêche d’agir, elle crée des scénarios catastrophes, elle pousse à une fuite permanente, une crainte généralisée, un malaise, elle nous pousse à prendre le masque, d’être quelqu’un que l’on n’est pas pour faire plaisir, pour répondre aux attentes, pour remplir un rôle, une fonction…

Aujourd’hui, nous allons essayer de l’apprivoiser. Nous allons écouter ses messages, lui donner une place, sa place, la ramener à des dimensions raisonnables.

C’est parti ! 

 

Que se cache t’il derrière mon inaction ?

 

Parfois, nous sommes dans une situation dite désagréable, pour autant nous ne partons pas, nous supportons, nous nous accommodons.

Nous pouvons ressentir de la colère, de l’injustice, du rejet, de l’abandon… 

Dans cette situation nous avons trouver une façon de communiquer afin d’évacuer le trop plein d’émotions : Des cris, des larmes, de l’indifférence, des somatisations…

Cependant, nous continuons à supporter !

Dans un article précédent, nous avons retrouvé notre estime de nous si nous nous en servions, juste pour la première étape, en étant l’observateur de la situation et en cherchant quelle peur nous empêche d’avancer ?

 

 

 

Le moment est peut-être venu de douter et non de nous mais des croyances cachées derrière notre ou nos peurs.

Regarder la peur, écouter son message, c’est le mettre en lumière, c’est l’autoriser à parvenir à notre conscience.

  • Est ce que ce message est réaliste ?
  • Son interprétation est il le fruit d’une expérience déjà vécue ? D’une croyance entendue et entretenue par notre éducation ? Est-elle liée à nos mémoires cellulaires inconscientes, à notre vécu antérieur ?

En la regardant, en prenant du recul, ou du moins en lui en donnant, nous cessons de nous l’approprier, de nous y associer et d’y croire aveuglément.

Le message de la peur, nous pouvons aussi l' »écouter » sous la forme d’un récit. Si un ou une de nos ami(e)s, nous racontait la même histoire, serions-nous autant affecter ?, serions capable de « voir » la solution et les démarches à accomplir pour sortir de la prison de la peur mentale ?

Le changement de position est souvent efficace, le rôle de l’observateur aussi.

 

Suis-je capable d’affronter ma peur mentale ?

 

Vous avez du courage, énormément de courage, la preuve vous supporter l’insupportable. Alors, cette énorme puissance vous allez l’utiliser pour vous !

Traversez la peur, la dépasser est un sentiment qui nous donne encore plus confiance en nous. C’est unique, c’est une libération, c’est du lâcher prise sur ce qui ne nous appartient pas, en faisant naitre une « foi » exceptionnelle en nos capacités de résilience. C’est un soulagement !

 

 

Et après ?

 

Nous avons tous tendance à vouloir aller vite, à passer à autre chose, à se suroccuper. Or, lorsque nous avons passé une première étape, nous pouvons l’apprécier, le plus longtemps possible et savourer cette victoire. Pouvoir penser et réfléchir sur ce que nous venons d’obtenir, se nourrir de cette confiance en nous retrouvée. La victoire est aussi un message pour notre égo. Ego qui souhaite nous garder sous sa domination. Par la peur, par l’orgueil, par la vanité, il connait nos faiblesses et sait en jouer.

Cette victoire nous conduit aussi à remettre en question les informations, les croyances délivrées par l’extérieur auquel nous avons accordé tellement de crédit durant toutes ces années. Nous en avons perdu notre libre arbitre, dominé par les peurs que l’on nous a suggéré, préférant « croire » en  un chemin tracé  pour nous « sur », sans surprise, mais malheureusement, ou les rêves n’ont pas lieu d’ETRE.

Ce même chemin, cette voie toute tracée, desquels il ne fallait pas s’écarter sous peine de…. ????

Mais…, il fallait y rester… le respecter !

 

Alors, oui !!! Et gratitude !!!

 

Cette étape nous a permis de nous connaitre davantage, autant nos forces que nos faiblesses. En prenant  le controle sur notre vie, c’est aussi éviter que l’égo nous utilise et nous maintienne sous son joug. Nous redevons le pilote de notre mental. Nous sommes libres de faire nos propres choix.  

C’est le moment de la victoire du rêve sur la peur au lieu de vivre une vie de peurs nous nous donnons désormais la possibilité de vivre nos rêves et d’emprunter notre propre voie, vers notre propre bonheur.

 

Suis-je libérée de la peur mentale ?

 

Franchement, je ne sais pas !

Pour certains, il y aura encore de la peur mentale, cependant elle cessera de nous paralyser.

Bien au contraire, en la regardant, en l’écoutant, nous saurons quels leviers utiliser, ou mettre en place, pour aller de l’avant.

Des outils, comme la méditation de pleine conscience, nous permettent de prendre du recul par rapport à nos pensées.

Je pense aussi, que la question n’est pas de savoir si elle existera toujours.

Ce que je crée c’est la certitude, qu’elle cesse de me dominer, je décide de prendre ma vie en mains, je suis sourd(e) aux critiques, aux jugements… ET… je suis désormais attentive à mon intuition, je me fais confiance ! Je m’accorde la possibilité de me tromper, de com-m’ÊTRE des erreurs… J’accorde et j’écoute avec un réel intérêt les conseils bienveillants de mon entourage.

Car, encore une fois, nous sommes tous uniques, même si tellement semblables !, avec un vécu propre, une éducation, un passé… toutes ces expériences nous ont permis d’être la personne que nous sommes.

Ce qu’il faut retenir, à mon sens, c’est de savoir si nous voulons rester prisonnier de ce vécu mental, avec ses peurs, ses limites, ses croyances ou nous en libérer afin d’accomplir nos rêves et ainsi :

 

Nous libérer de la peur de l’avenir !

 

Share This