Parce que nous n’osons pas dire « non », nous rencontrons des situations difficilement gérables.

Je vous propose quelques pistes de changement.

 

On s’est tous retrouvés, un jour dans une situation ou la petite voix intérieure nous a dit :
« Tu aurais dû dire NON »


La situation ou l’on aurait du dire non

 


C’est à ce moment-là que l’on éprouve de la colère contre l’autre… On souffle…, on râle….
Pour bien sur, finir par le faire et par jurer que c’est la dernière fois !

Alors………………………

 Pourquoi est ce difficile de dire non   ?

 

  •  Qu’est ce qu’il peut bien y avoir derrière le fait d’accepter une demande qui ne nous convient pas ?

 

  • Quelle est l’intention positive derrière le fait de faire quelque chose dont on n’a pas envie ? Ou bien qui sera très compliqué à réaliser ?

 

  • Et…qu’est-ce que ça cache ?

 

J’ai dit « OUI » parce que…

 

  •  En disant oui : je vais faire plaisir aux autres, les satisfaire,

 

  • En disant oui, les autres vont m’aimer car
    … j’ai peur du rejet ?

 

  • En disant oui, je me sens utile, indispensable…
    Ah… j’ai du contrôle !

 

  • En disant oui : On pense que je suis gentil, serviable… ?
    A l’intérieur, j’ai tellement peur de l’abandon…

 

(Cf. Lise Bourbeau : Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même)

C’est là où le mental, n’est pas notre ami, ou il construit tous ces scénarios irrationnels….

 

Comment  apprendre à dire non ?

 

Malgré tout, ce qui s’exprime c’est la petite voix d’une de nos parties internes, celle qui est infantile, fragile, émotive…. C’est la voix de notre enfant intérieur.

Alors…., c’est peut-être le moment de l’écouter et de discuter avec lui : Notre enfant intérieur.

Notre enfant intérieur, c’est nous enfant.

Il est sans doute « bloqué » depuis qu’il a vécu une situation ou dire OUI lui a apporté de la satisfaction peut-être des parents, des amis…

Ou bien, face à une situation ou en disant NON, il s’est retrouvé dans une problématique insoutenable.

Et, en allant à notre écoute, sans jugement, juste pour savoir ce que les événements vécus, ont déclenché comme pensées et comme émotions.

 

Nous pourrons en retirer, pour nous, adulte, des informations sur notre façon d´être.

Nous pourrons alors changer un comportement – qui s’avérait utile pour l’enfant – , mais qui, adulte n’a plus lieu d’être.

L’enfant intérieur cessera ainsi de se voir comme responsable du bonheur ou coupable du malheur des autres.

 

Exemple :

On va prendre un exemple : ETRE UTILE.

Moi en tant qu’adulte,

JE DIS OUI car : Les gens pensent qu’ils peuvent compter sur moi. Qu’ils peuvent me faire
confiance !

SI JE DISAIS NON : j’ai peur qu’ils pensent que je ne sers à rien, que je suis égoïste… (Émotion négative ressentie),

 


Quelques pistes…

 

Changement de comportement

Je dis NON : Et, je propose d’autres solutions que le demandeur n’avait peut-être pas envisager ?

La solution passe par la résolution de l’émotion négative ressentie (je me libère du poids de mon ressenti sur mon inutilité ou mon égoïsme) et par la satisfaction de mon besoin immédiat (me sentir utile).

Tout le monde n’a pas réglé les conflits de son enfant intérieur. C’est ainsi que dans le rapport à l’autre, il peut y avoir de la manipulation.

 

 

Il devient, avec cette technique plus facile de la reconnaître et ne pas tomber dans les

pièges de l’enfant intérieur de l’autre…

Articles qui pourraient vous intéresser :

Le courage, nous en avons tous mais nous l’ignorons !

Charisme, comment acquérir la confiance en soi ?

Share This