Doit on changer pour être heureux ?, devenons-nous devenir quelqu’un d’autre ?

Et si nous apprenions à nous accepter pour devenir nous ?

Des pistes pour « Changer pour devenir soi« 


 


 

 

 

À l’heure du développement personnel ou nous DEVONS être  « heureux »,  « zen » et ou nous devons ABSOLUMENT « penser à nous ».

Dans cette période ou nous recherchons à tout va comment être heureux en étant ceci ou cela… en faisant ceci ou cela…

Je tiens à préciser que le changement tant attendu, le BONHEUR , n’est pas un stéréotype applicable à tout le monde !

 

Nombre d’articles pour apprendre :

  • Á lâcher prise en 12 étapes,
  • Changer en 6 mois (pour devenir la personne que l’on souhaite devenir),
  • Arrêter de faire ceci ou cela en tant de leçons…
  • Devenir « meilleur »…

Non, que je  pense que tous ces articles ne fonctionnent pas. Je suis convaincue aussi du pouvoir de la modélisation (Pouvoir illimité – Antony ROBBINS-PNL).

Je trouve cependant important, avant de modéliser un comportement, une philosophie de vie… que l’on se regarde vraiment à l’intérieur. Que l’on observe nos réactions, nos émotions.

Que nous fassions un peu connaissance avec notre vrai nous-même. Sans le poids de l’égo.

 

Des pistes pour « Changer et devenir soi ou heureux moi « ?

 

Seulement avant :

  • de devenir…, 
  • d’arrêter de…, 
  • de changer…

 

Il est nécessaire d’apprendre à se connaitre !

Primordial, celon moi, d’être soi-même avant d’être quelqu’un d’autre.

Il est, de plus, source de conflit interne de s’efforcer d’être quelqu’un d’autre pour suivre un mouvement de pensées, d’éducation, de mode de vie… le bonheur ne pourra arriver de l’extérieur, par un courant d’idées. 

Même si ces dernières paraissent idéales, elles peuvent être la source de conflits, encore une fois, entre ce que je suis et ce que « l’on » veut que je devienne.

Ces belles idées peuvent être adaptées à une époque, à une culture, à une origine géographique…

Pour citer de nouveaux A. Robbins, nous savons que son approche de la PNL correspond davantage à une culture anglo-saxonne. Dans un pays d’Europe du sud, ces concepts sont à adapter à la culture locale, à l’éducation, à l’histoire… de chacun.

Pour être heureux alors : Quel discours ?

Il est à ce stade important de revoir les notions de controle. Tant d’auto controle (Il faut…, je dois…) que de controle de l’extérieur, des évènements ou des personnes. 

Le discours interne :

Tant que nous serons dans le « vouloir contrôler » nous serons en résistance, les choses pourront arriver mais avec tellement d’efforts, de volonté. Voir elles n’arriveront pas.

« S’obliger à… devoir… » bloque les énergies et ne laissent pas survenir d’autres possibilités meilleures pour nous.

Faire les choses pour faire plaisir, rendre service… bloque aussi la possibilité de voir arriver des choses qui NOUS feraient plaisir.

Vouloir appliquer aussi des façons d’être que l’on trouve « bien », justes… Mais qui ne sont pas adaptées à notre évolution du moment, créent des conflits.

En effet, nous sommes de nouveau dans « le je devrai être plus ceci ou plus cela… » on se juge, on se mésestime.

Sincèrement, je ne pense pas que cela soit aidant. 

 

Alors concrètement ?

Un jour, j’ai une conversation avec une amie, praticienne elle aussi. Mon point de vue (qui n’engage que moi et qui ne veut pas convaincre), était d’être moi-même, je trouvais inutile de me conformer à un discours auquel je ne m’identifiais pas, afin d’atteindre une certaine forme de bonheur. Ce n’était pas un discours qui résonnait en moi.

 

Toujours en apprentissage, mon expérience ! Pour être heureux…

 

Je vais le faire sous la forme des 10 commandements (heu !!! j’en ai 13) 😆 

 

  • Ton intuition, tu écouteras !

 

  • Tes émotions, tu accueilleras !

 

  • Le temps au temps, tu laisseras !

 

 

  • Ta vie, tu vivras !

 

  • De ton mieux, tu feras !

 

  • Tes qualités, tu les verras !

 

  • Tes « défauts », tu accepteras ou tu changeras !

 

  • Fier(e) de toi, tu seras !

 

  • L’autre, tu écouteras !

 

  • Toi, tu feras !

 

 

  • Moment présent, tu vivras !

 

 

Liste non exaustive… 😆 

 

En conclusion…

 

L’obtention du bonheur ne passe pas par l’extérieur. Les biens, la situation, les amis…

Je ne dis pas que cela ne contribue pas au bonheur, nous vivons dans une société dans laquelle nous avons besoin de tout ça. Cela fait partie de nos besoins essentiels.

Ce que je veux dire, c’est qu’il est important pour être heureux d’être en accord avec soi, avec ses valeurs, faire de notre mieux. Être fier de nous. Être heureux en appréciant des moments de joie, de rire. 

« S’oublier » aussi, même s’il est important de s’occuper de nous. Il est bon de ne pas se mettre au centre de notre vie en permanence au risque de cultiver un égocentrisme. Il est important de s’ouvrir à l’autre, aux autres. De savoir se taire, pour écouter.

 

 

Si le bonheur c’était l’équilibre ? En fait !!!…

 

 

 

 

 

 

Share This