L’histoire…, le langage préféré de l’inconscient pour faire émerger les solutions en nous. Installez-vous confortablement et  laissez vous imprégner par cette métaphore.


 

 

Dernièrement, on m’a raconté une histoire. C’est l’histoire d’un village, situé au bord de la mer. Ce village s’appelle « trop tard ».

 

Introduction de l’histoire

 

Dans le village de trop tard, il y a une chose extraordinaire les personnes sont âgées et plus le temps passe, plus elles rajeunissent.

Dans le village de TROP TARD, les gens parlent comme ça :

-« Je ne peux pas, il est trop tard…, j’aurai bien voulu, mais il est trop tard…, je ne sais pas mais, il est trop tard… »

Quant au discours des plus jeunes :

« – Je ne peux pas, ce n’est pas le moment…, j’aurai du faire cela avant…, je ne sais pas encore…, si j’avais su… ».

 

Développement de l’histoire 

 

Un jour d’été, alors que le temps était magnifique, que le soleil brillait et que le ciel était d’un bleu limpide… Une famille se promenait en voiture au bord de la mer, lorsqu’elle tomba sous le charme du village de TROP TARD. Elle décida, d’y faire une halte.

Le père de famille voulait en profiter pour faire le plein du véhicule. Il demanda à un honorable vieil homme ou il pouvait se ravitailler.

« Je suis désolé, cher monsieur, mais il est trop tard, la station service est fermée pour aujourd’hui ».

– » Quel dommage, répondit, le père, nous avons vraiment besoin d’essence, sinon la voiture risque de tomber en panne ».

Ils décidèrent de continuer la visite du village à pieds. Les enfants commençant à avoir faim, la maman demanda à un passant ou ils pouvaient se restaurer.

– » Vous auriez du faire cela avant, parce que la boulangerie et le restaurant sont fermés depuis longtemps, maintenant ».

Ils pouvaient voir aussi que tous les fruits des arbres avaient été cueillis, que les œufs des poules avaient été ramassés…

L’endroit paraissait si accueillant, serein. Le village était propre, les maisons coquettes….

Le père de famille était vraiment insatisfait car tout paraissait capable de les satisfaire, les magasins, les services… et pourtant…

 

La rencontre

 

Lorsqu’il vit, à point nommé, un petit édifice. C’était la mairie du village de TROP TARD,  une boite était accolée sur la façade,ou était inscrit « Boite à idées ».

En s’approchant, il put voir que la porte était ouverte. Il entra. Un homme paraissant avoir son âge, lui souhaita la bien venue, c’était le maire du village.

Puis, le père de famille commença à lui raconter ses aventures.

Il exprima sa déception concernant ses différentes demandes non satisfaites. Il précisa au maire que malgré l’enchantement apparent du village, celui-ci allait devenir un point noir sur les cartes touristiques. Tout le monde l’éviterait car il était impossible de rester dans un lieu ou les gens ne se sentaient pas en confiance.

C’était un endroit hautement insécure pour les touristes, les personnes qui avaient des responsabilités, pour les enfants qui avaient des besoins qui ne pouvaient être satisfaits…

C’est alors que le maire lui raconta l’histoire du village.

 

La légende

 

Il y avait, maintenant des années, que dans le village de TROP TARD, une histoire « traumatisante » était advenue aux habitants. Ceux-ci, s’étaient mis à prier intensément qu’un miracle les en libère.

Les libère du poids de « Ce n’est pas suffisant », du « ce n’est jamais assez…, bien.. bon… intelligent… sage… » Leur souffrance était énorme.

Lorsque apparut un puissant sorcier qui accomplit leur souhait. Il laissa en souvenir cette boite à idées.

Le père de famille comprit parfaitement l’intention positive du changement advenu aux habitants.

Il regretta, pourtant, que cette transformation leur ait ôté leur libre arbitre, leur capacité à dire NON, l’autorisation de s’accorder la possibilité de refuser.

 

« Boite à idées » de l’histoire

 

Il suggéra aussi qu’avec un changement de comportement libre, volontaire, initié par tout  le village, cela pourrait lui permettre de se développer, de s’enrichir… Que cela apporterait de la joie aux habitants et aussi aux touristes de passage.

Il pourrait ainsi et désormais, afficher les étoiles sur le panneau de la ville, qui honorent les villages ou règne la confiance, ou il fait bon vivre et travailler. La fierté d’appartenir à une organisation, un ensemble, une structure voir « une famille » comme celle qui vit ici.

Grace à ces changements, le village raisonnerait de nouveau du rire de ses habitants. Il pourrait  satisfaire les demandes des touristes. Les habitants se sentiraient fiers, productifs, efficaces, utiles. Le village pourrait aussi  se développer…

Le maire du village, suggéra alors que l’homme écrivent ses idées et les pose dans la boite devant la mairie. Car, personne, jusqu’à ce jour, n’avait proposer d’idées afin que la situation s’améliore.

Hors, celon la légende, le puissant sorcier avait précisé qu’il pourrait revenir grâce aux idées et aux actions proposées. Il avait aussi souligné que rien n’était figé. Si les villageois voulaient que la situation change il suffisait d’initier des actions correctrices afin qu’elle se transforme en une meilleure.

Jusqu’au moment ou, peut-être, la « nouvelle » situation ne serait plus, alors, satisfaisante….

 

Epilogue de l’histoire

 

On m’a raconté, depuis, que le village de TROP TARD, avait changé son nom, par un autre qui lui convenait parfaitement. Que dans le village désormais tout était en place pour répondre aux besoins des habitants et des touristes.

On m’a même dit que le village s’était tellement développé, qu’il était devenu la capitale du pays.

Il était devenu un centre intellectuel, technologique et culturel de renommée internationale. Avec des réseaux de communication à la pointe de l’efficacité, de la rapidité et de la fiabilité.

 

 

Article qui pourrait vous intéresser :

Procrastination, ça y est je m’y mets !!!

 

 

Share This