La peur d’être nous-mêmes. En ces temps compliqués, comment pouvons-nous être nous-mêmes ? Pouvons nous d’ailleurs être nous-mêmes ? En avons-nous le droit ? Avec nos enfants, nos parents, notre entourage professionnel, familial…

Devons-nous rester comme une image d’Épinal, confiant(e), souriant(e), compréhensif(ve), optimiste, tolérante, « normal(e) », résigné(e) ?


 

Aujourd’hui, à l’heure de l’introspection et des conseils à tout va, je souhaite me pencher, sur les avantages et les inconvénients de devenir nous-mêmes.

En quittant, notre zone de confort, nos masques et en laissant aller la peur des conséquences. 

 

 

La prise de conscience de la peur d’être nous-mêmes

 

Il y a souvent un conflit interne entre le DEVOIR ETRE et le POUVOIR ETRE.

Comme dit la citation  » C’est celui que tu nourris le plus qui gagne ! « .

Donc, nous faisons, nous disons, nous supportons, nous encourageons… Parce qu’ IL LE FAUT ! 

 

La situation

 

Alors que nous n’avons qu’une seule envie c’est de dire que l’on en marre ou que c’est insupportable pour nous !

Que nous sommes surchargés(es) de travail, de responsabilités. Nous souffrons d’insomnies, de tachychardie, de problèmes de peau, de transpiration…

Nous sommes fatigué(es), nous aspirons au calme, au respect, à la reconnaissance de nos mérites, de notre savoir faire et savoir être.

Que nous attendons du soutien des uns et des autres. Nous souhaitons être entendu(es) dans les choix existentiels, d’éducation…

Que nous souhaitons un salaire à la hauteur de nos responsabilités…

Certains souhaiteraient être reconnus, respectés, soutenus, dans leurs choix de carrière, leur orientation amoureuse, leur religion…

 

Dans les faits

 

Commencent à se développer des procédures d’adaptation toxiques à notre équilibre et à notre bien-être. Ceci, afin de faire face à la situation ou aux différentes situations et environnements qui ne nous conviennent pas. Nous devenons un autre ou une autre.

Tout en continuant, les mêmes comportements, attitudes… encore et encore. Nous nous disons que « C’est bien ! que c’est ce qu’il faut faire, dire, supporter, endurer…« .

Intérieurement, nous savons qu’il y a un « hic », mais nous ne l’écoutons pas. Il nous dit pourtant de faire autrement, de faire différemment… Mais, nous le faisons taire !

Nous devenons des « machines » et nous fonctionnons en mode automatique. 

Jusqu’au jour où !?

L’élément déclencheur, la goutte d’eau… et l’on se rend compte que l’on en a assez !

Et en même temps la fameuse peur que nous n’osions OU ne voulions pas regarder, nous saute à la figure !

Alors, pour certains (es) l’élément déclencheur, ne  sera pas suffisant cette fois-ci, pour affronter « la peur » et nous nous dépêcherons de revenir à la « normale » en mettant cela sur le compte du stress, de la fatigue…un comportement « indigne » de nous,  » Allons, allons, reprenons-nous, c’est la vie !!! ».

Nous repartirons donc, dans les mêmes schémas, jusquau prochain « pétage de plombs ».

 

 

 

 

Et les autres ?

Que ce soit, à la première prise de conscience, ou à la énième… Le changement s’impose !

 

La « wish list » : « Je suis, je choisis de… »

 

Nous avons dit stop ! La peur d’être nous mêmes et ses conséquences a cessé de nous dominer. (Dire au revoir à la « peur mentale : Réflexions personnelles 2)

 

Car oui, le plus grand pas est de surmonter les conséquences dites « négatives » de la peur d’être nous-mêmes.

Je ne vais pas, ici, parler des conséquences irrationnelles d’être nous-mêmes… Chacun de nous est suffisamment « doué » pour envisager ses propres scénarios catastrophes 🙂 !

Alors, c’est le moment d’établir la « wish list » :

  •  Comment, quand, où, avec qui…? Allons-nous nous comporter à présent ! Déterminer notre objectif,
  •  Ce que l’on s’autorisera à dire, à faire ! Ce que l’on ne fera plus, ne dira plus, ne tairons plus !
  •  Quand dirons-nous STOP, ou bien «  Je ne suis pas d’accord « ,
  •  Lorsque, l’on commencera à se respecter en ne supportant plus certaines choses, situations ou personnes…

 

Être soi-même, sans en craindre les conséquences.

 

Alors, évidemment, cela va avoir un impact autour de nous !!! (« Tu as changé… » Lorsque le changement est difficile pour l’entourage).

Ce qu’il y a de compliqué à être soi-même, je ne vous le cache pas, c’est que vous allez changer, mais pas votre « entourage ».

  • A votre STOP !, certains y verront de l’abandon,
  • Votre demande d’écoute, de libertés, de choix ? Vous serez targué(e) d’égoïsme,
  • Vous entendrez des reproches, des jugements,
  •  Il y aura de la défection dans les rangs, vous aurez appris à dire non (OSER DIRE NON…) !

 

Voyage émotionnel autour de la liberté d’être soi (Les risques)

 

  • Tout ceci, vous fera certainement culpabiliser, 
  •  Vous vivrez une forme d’abandon, de rejet,
  •  En sortant de la « norme » vous pourrez vous sentir marginalisé,(e) « mis(e) au bans »,
  •  Jugé(e), critiqué(e), analysé(e), catégorié(e)…

(Bref, j’en passe et je vous laisse découvrir peut-être d’autres qualificatifs… 🙄 )

  •  Vous ressentirez peut-être une période de flottements, vous ne saurez plus comment, ni ou, vous situez…

 

Sachez que tout ceci est « normal » et cesse rapidement !

 

Quelques émotions ressenties durant l’épreuve…

 

  • Des moments de doutes, de pertes et de peurs…
  • Peut-être que vous aurez envie, comme vous l’avez vécu depuis tant d’années, de fuir, de disparaitre sur une ile déserte.
  • Vous vous tairez, sans doute, face aux remarques que vous entendrez, (l’habitude de ne pas répondre et de sourire vous tient depuis tellement d’années !)
  • De la frustration de ne pas répondre aux attaques (car vous ne voulez blesser personne en retour ou par vengeance)…

 

Vous expérimentez, déjà, que sortir de sa « zone de confort » est inconfortable !

Plus vous serez déterminé(e) et plus cette période se calmera rapidement, vous allez « prendre du poil de la bête », vous ressaisir, être vous-mêmes, vous protéger, vous respecter et définir vos valeurs actuelles!

 

Voyage émotionnel autour de la liberté d’être soi (Les opportunités)

 

Le meilleur pour la fin ! 

Oui, après la tempête, revient le calme !

  • Votre « monde » s’est peut-être transformé, à changer.
  • Peut-être, aussi, que votre comportement aura inspiré des changements dans votre entourage.
  • Vous allez vous rendre compte que votre entourage n’est peut être pas si « choqué » que ça et vous accompagne, désormais.
  • Sans doute que vous aurez mis un terme à certaines « histoires » en prenant du recul et en regardant les personnes comme elles sont (et ont toujours été !).
  •  En vous apercevant que VOUS N’ÊTES PAS SEUL(E), qu’il y a du soutien à vos côtés. Des personnes sincères, aimantes et bienveillantes, qui n’attendent rien de vous ! C’est de l’amour inconditionnel !
  •  Vous allez découvrir, aussi, que certaines personnes avaient hâte de vous retrouver.

 

J’avais écrit, précédemment, qu’il était nécessaire de lâcher prise sur ce que l’on ne pouvait « contrôler », sur ce qui ne dépendait pas de nous.

Il faut savoir laisser partir ce qui ne nous convient pas, ce qui génère beaucoup trop de souffrances.

Certaines choses, situations, personnes, nous tirent vers le bas, afin de nous « garder » sous leur emprise. Sous couvert de « Après tout ce que j’ai fait pour toi/vous/lui/elle« .  » Tu/vous/il/elle.. ne peuvent pas me/nous faire ça…« 

Cependant, tous les masques finissent par « tomber ». Le chantage affectif, la vérité, le mensonge,la manipulation, la nature et les motivations personnelles apparaissent enfin ! 

Vous rencontrerez aussi dans votre entourage des personnes de valeur, qui seront  troublées par votre changement et par vos décisions. Laissez-leur le temps et la possibilité de revenir auprès de vous, à leur rythme, et au votre !

 

En conclusion

 

Être soi-même, c’est être en paix avec soi. C’est cesser de craindre la  » perte », le jugement. Si perte il doit y avoir, il est inutile de résister ou d’insister sur ce qui ne nous appartient pas ou ne dépend pas de nous.

En nous séparant des masques, des attitudes, des habitudes, qui nous éloignent chaque jour un peu plus de nous mêmes, nous retrouvons notre propre estime, nous nous découvrons tel que nous sommes, avec nos zones de lumière et nos parts d’ombre.

Être soi, c’est laisser l’autre, la situation, les évènements, être lui-même ou eux-mêmes, arrêter de vouloir les changer, les modeler, les « manipuler ». S’offrir la possibilité de trouver une situation, un environnement, un emploi, des amis qui nous conviendront davantage.

Être soi, c’est se libérer de liens, de croyances que l’on s’approprie. Sans haine ni colère, sans regrets ni rancoeur, c’est tourner la page, sur une personne, nous, qui « n’existait » pas.

Retrouver ou trouver celle/celui que nous sommes, avec nos valeurs ( elles valent ce qu’elles valent, mais ce sont les nôtres) d’aujourd’hui, le respect que nous nous accordons, l’écoute, la compassion, la bienveillante, la douceur, la confiance, L’AMOUR !!!

Enfin, être soi-même, c’est pouvoir aller vers les autres le cœur en paix, en confiance.  Nous pouvons désormais partager ce que nous avons pu découvrir et nous offrir à nous-mêmes, c’est à dire de l’amour véritable, de la tolérance, de l’écoute, de l’empathie, de la bienveillance, du respect, sans en attendre quoi que soit en retour.

De plus, en étant nous-mêmes, guéris de nos comportements déviants, de substitution ou d’adaptation, nous pouvons reconnaitre les pièges de la dépendance ou co-dépendance affective et ainsi ne plus rejouer le scénario de l’attachement.

Nous sommes, désormais, prêts à  vivre de belles relations inter-personnelles, complémentaires et épanouissantes.

 

 

 

 

 

 

Share This