Procrastination : Avant qu’il ne soit VRAIMENT trop tard…. j’agis !!!

Du report subtil d’une tache non motivante à une réelle problématique du « tout à l’heure, demain, plus tard, bientôt. » les enjeux de la procrastination.


 

La procrastination ?!  Le fait de remettre à plus tard une tâche (ou plusieurs) qui n’apporte pas de retombées gratifiantes immédiates. La procrastination se présente aussi sous la forme de commencer plusieurs choses en même temps et n’en finir aucune. Elle est accompagnée souvent d’un sentiment de se sentir débordé(e) par la quantité, par la difficulté de la tache…

La procrastination peut s’accompagner aussi d’un sentiment de culpabilité, de mauvaise estime de soi, de peurs et de symptômes physiques comme de « petits coups de poignards » des palpitations,  des « chocs »…

 

Alors peut-on et comment sortir de la procrastination ? 

 

OUI et OUI…

Comme dans tout comportement problématique !!! Cependant, il est nécessaire d’en prendre conscience par soi-même (je dis bien par soi-même, car même si l’on nous dit que nous procrastinons, tant que les inconvénients ne sont pas supérieurs aux bénéfices : Nous continuerons !!!). Après, s’en suit les différents choix possibles :

  • Continuer, 
  • Arrêter.

Comme je l’ai dit plus haut, ce comportement mis en place à un moment donné a toutefois des avantages, nous en ressentons des bénéfices. Il s’agit de l’intention positive du comportement.

Alors elle dépend de chacun ! quelques pistes pourtant :

  • A un moment, nous nous sommes sentis dans l’impossibilité de satisfaire une demande ou un souhait. Il peut s’agir des attentes que nos parents projetaient et nous les avons ressenties comme impossibles à réaliser (Ce ne sera jamais assez bien, je ne serai jamais assez ceci ou cela…)
  • Satisfaire à un souhait parental qu’il soit sportif, que ce soit  sur un choix de carrière professionnelle… ( La même profession de père en fils depuis plusieurs générations),
  • Une certaine forme d’assistance : « Si je ne le fais pas, quelqu’un le fera à ma place« ,
  • « Je n’ai pas envie de le faire mais je ne peux pas dire non« ,
  • « Je ne peux pas le faire pour l’instant, je n’ai pas les compétences » (Je n’ose pas l’avouer).

 

Voilà quelques explications sur la génèse du trouble.

 

Et maintenant la procrastination a envahi peu à peu l’ensemble de votre vie. Vous remettez à plus tard, vous reportez, vous annulez…

Seulement, il commence à y avoir des retombées negatives à ces comportements, comme :

  • Vous ressentez un manque de confiance de la part de votre entourage professionnel et personnel,
  • Vous avez régulièrement des réflexions sur votre manque d’engagement…
  • Peut-être même des menaces…

Des pistes, des solutions :

 

  • Par un travail sur l’intention positive du comportement,
  • Avec des mises en situation sur les conséquences les plus « graves » de ce comportement,
  • En réalisant des exercices pratiques,
  • Travail sur l’estime de soi,
  • Une approche de votre égo, l’entendre, l’accepter afin de pouvoir proposer des comportements satisfaisants et productifs,
  • Par l’octroi de « récompenses » en vous autorisant à vous faire plaisir plutôt que de rester dans un système de « devoir », d’obligations…
  • Par un travail sur vos croyances limitantes, sur vos capacités, vos compétences…

 

Vous le voyez, il y a des solutions des pistes de changement… Tout comportement qui ne vous donne plus satisfaction, si vous le décidez, peut-être changé, remplacé par un plus écologique pour vous.

 

Des articles qui pourraient vous intéresser :

Confiance en soi, comment la développer ?

Mémoires, croyances limitantes, blocages…

 

 

 

Share This