L’enfant intérieur ? La petite fille ou le petit garçon, qui fait partie de nous.

Peut-être que la période que nous vivons l’a réveillé ou, tout du moins, a réveillé des blessures de notre enfance. Alors, si nous en profitions pour aller le voir et reprendre contact avec nous-mêmes ?


 

Une blessure s’est réveillée. Sous la forme d’une émotion, d’un ressenti. Une sorte de blessure que l’on trouve résolument irrationnelle, mais qui est, malgré tout, très présente.

S’il s’agissait d’une blessure non guérie de notre enfant intérieur ?

Il est vrai qu’être en tête à tête avec soi-même, 24h/24, peut conduire à une certaine promiscuité. 🙂 

  • Si nous profitions de cette « retraite » pour nous livrer à l’introspection ?
  • Si, nous retrouvions notre enfant intérieur et peut-être,  écouter ce qu’il a à nous dire ?

 

Alors, aujourd’hui, que notre « adulte » bienveillant prenne la place de notre « parent » qui n’avait jamais le temps d’écouter notre « enfant », jusqu’à présent !

 

(Cf : Article « oser changer.com » L’analyse transactionnelle : Le parent, l’adulte, l’enfant : Les 3 états du moi)

 

Alors, face à notre ressenti d’aujourd’hui, qui peut être de la solitude, de l’isolement, de la tristesse, de l’ennui,… (un ou même plusieurs), la blessure s’est réveillée.

Alors, qu’est ce qu’on fait ?

  • S’installer dans une « déprime » ? Où tous les faits seront décortiqués, rapprochés, interprétés… Ce qui ne fera que confirmer notre ressenti,
  • Ou agir ?

 

Gagné !!! Nous allons voir aujourd’hui quelques pistes pour en sortir « grandi ».

 

1- Séance de relaxation

 

  • a- Respiration

À cette étape, nous allons commencer par nous accorder une pause mentale . Pour cela, nous nous installons confortablement sur un canapé, un lit, un fauteuil, peu importe (nous prévoyons une couverture au cas ou notre température corporelle baisse un peu).

Tout en fermant les yeux, nous prenons une inspiration. Elle nous permettra de rentrer plus profondément en nous-mêmes. 

Puis, nous allons imaginer l’air circuler à l’intérieur de nous, d’abord dans le haut du corps…, tel un ruban…de la couleur qui nous convient, le plus. Il circule, virevolte….Puis, nous l’accompagnons dans le bas du corps, aussi léger…, fluide, doux, apaisant…

Au passage, il entraine avec lui nos pensées… elles se dissiperont dans l’expiration…. 

Nous pouvons continuer la visualisation sur plusieurs respirations afin de nous conduire à une « paix » mentale.

Maintenant imaginons qu’une douce chaleur, nous enveloppe, elle remonte par nos pieds, nous apportant un sentiment de confort, de sécurité, extrêmement bienfaisant… Nous nous sentons en sécurité, protégé et prêt(e), désormais, à rendre visite à notre enfant intérieur.

 

  • b – Le lieu « sécure »

Peut-être, aussi, que certains connaissent ou ont déjà visité, leur lieu sécure…C’est le moment de vous y rendre.

Pour les autres, vous allez créer, un endroit, ou bien, vous transporter dans un lieu que vous avez connu, dans lequel vous vous êtes senti (e) en sécurité, heureux, joyeux…, l’endroit « idéal » dans lequel vous êtes serein, entouré par ce que vous aimez, laissez vous imprégner par ce que vous pouvez sentir et ressentir, entendre et voir, percevoir et deviner…. Etayez la visualisation de moults détails…

Cela peut-être à l’intérieur, ou bien à l’extérieur…. laisser faire votre imagination….Construisez, dès à présent, ce lieu de bien-être…

 

  • c – La rencontre

 

Alors, que vous êtes toujours là, installé(e), l’esprit calme, vous allez commencer par entendre des sons, des voix, celles d’enfants.

Peut-être, sont ils dans la cour d’une école, sur un terrain de sports, dans un parc, en centre aéré…. Vous pouvez les voir et les entendre plus précisemment, à présent.

Vous décidez alors d’aller à la rencontre, de ce petit garçon, ou de cette petite fille là-bas, oui celui-la même, ou bien cette petite fille… qui vous semble à l’écart… Petit à petit, vous vous approchez, tout doucement en lui souriant et… Vous commencez à reconnaitre la petite fille ou le petit garçon que vous étiez.

Alors, vous vous présentez et vous l’appelez par le petit surnom qu’il ou elle aime tant. Vous lui expliquez que vous êtes lui/elle « grand(e) » et que vous avez entendu, d’où vous êtiez, qu’il ou elle avait besoin de vous. Alors, vous êtes venu(e) à sa rencontre. C’est le moment de lui demander ce qui se passe  et si vous pouvez l’aider ?

 

  • d – Les échanges

L’enfant se met à présent à parler*.  Maintenant, c’est à vous d’écouter, sans interrompre, ce qu’il, ou elle, a, à vous dire.  

*NB : Si l’enfant refuse de parler, essayer de communiquer autrement, peut-être par la pensée… Si lors de cette séance il ne souhaite pas échanger, rassurez-le et envoyez lui de l’amour. Convenez ensemble d’un prochain rendez-vous. Engagez-vous à revenir, en fixant le jour et l’heure afin d’installer un climat de confiance.

C’est surprenant, peut-être même émouvant, tout ce vous entendez….

Puis…Arrive le moment ou vous pouvez apporter de l’aide.

De quoi aurait-il/elle besoin à ce moment précis ? Que vous répond-il/elle ? Apportez le lui…

Laisser au temps, « hypnotique » toute la latitude nécessaire afin de répondre au(x) besoin(s) de cet enfant.

Vous pouvez déjà constater que l’enfant va déjà mieux, qu’il s’illumine, retrouve peut-être le sourire, son apparence s’est peut-être modifiée ? Observez les plus subtils changements depuis vos échanges. Les enfants sont dotés d’une faculté de guérison, quasiment immédiate !

Proposez-lui, maintenant,  un échange de « cadeaux », sous forme de symboles,  en signe de vos retrouvailles.

Ainsi, il pourra faire appel à vous ultérieurement, lors d’un moment difficile et vous pourrez vous-aussi, le retrouver plus facilement, la prochaine fois.

Vous lui proposer, à présent, de venir, le ou la retrouver, régulièrement, afin de renouer ce lien, si fort entre vous deux.

Puis, en terminant avec un geste plein d’affection, vous lui suggérer de rejoindre les autres, désormais, apaisé(e), heureux (se)…

  • e – Le retour

Alors, que vous le regardez s’éloigner, vous vous sentez , vous aussi, allégé(e) d’un grand poids, d’une émotion, d’un ressenti. C’est ainsi que vous allez retrouver et vous réinstaller dans votre endroit sécure. Parfaitement détendu(e), rassuré(e), allégé(e)…

À présent que vous avez guéri, la part douloureuse de ce que vous ressentiez dans le présent, vous savez que vous disposez d’outils puissants. Des outils, que vous pouvez utiliser à chaque fois que nécessaire lorsque vous reconnaitrez une blessure du passé.

Puis petit à petit, tout en douceur, vous allez revenir, sur votre canapé, sur votre lit, dans votre fauteuil. Tout en douceur, vous commencez par ressentir de nouveau votre corps, avec peut-être, une envie de remuer les pieds, peut-être les bras, ou la tête…

À votre rythme…, vous ressentez, peut-être, l’envie de vous étirer…

Et maintenant vous vous sentez parfaitement reposé (e), soulagé (e), détendu(e)… En pleine conscience de la réalité de l’ici et maintenant.

Vous ouvrez les yeux dès que vous le souhaitez.

 

En conclusion,

 

La rencontre de notre enfant intérieur est une étape importante pour vivre mieux, dans le mieux être et le bien-être !

En effet, car bien souvent, nous avons mis de coté, nos peines, nos blessures. Nous avons utilisés différents masques de composition. Chacun avait son utilité. Mais cela demeure des masques, qui dissimulent notre personnalité et nous transforment en quelqu’un d’autre. Tout ceci pour correspondre à un « idéal » que l’on pense devoir montrer à la société qui nous entoure, voir même à nos proches.

Il est peut-être temps de quitter nos masques et de guérir nos blessures.

Par la découverte de l’enfant intérieur nous nous rapprochons aussi de nos idéaux, de notre joie de vivre, de nos rêves. La rencontre avec notre enfant intérieur nous reconnecte aussi, avec cette ou ces parties  joyeuses, optimistes… De notre personnalité.

Permettons-nous cette reconnexion. Elle est parfois douloureuse, mais TOUJOURS sources de progrès.

 

 

Autres posts à découvrir

 

Peur et liberté d’être nous-mêmes, les risques et les opportunités

Dire au revoir à la « peur mentale : Réflexions personnelles 2

 

 

 

 

 

Share This