« Sésame, sésame ouvre toi et offre moi tes trésors » s’il s’agissait en fait de la « Confiance » : Faire confiance, accorder sa confiance…

Pourquoi chacun essaye de trouver l’âme sœur, tout en étant dans l’incapacité de se lancer à corps perdu, aveuglément, corps et âmes dans cette nouvelle aventure ?

Pourquoi attendons-nous des preuves avant de prendre des risques ? Ou du moins un risque, celui d’aimer et d’être aimé en retour ! D’être respecté, honoré, vivre, être heureux et comblé ?

Si la clef, le sésame était la confiance ? On en parle… ?


 

Le sésame du bonheur, est ce que quelqu’un le détient ? Je ne sais pas. Cependant chez tous les personnages « zens » semblant heureux que j’ai pu observer, il apparait la confiance. Celle, en la nature humaine, celle d’un avenir meilleur. Ces personnes »transpirent » l’optimisme, les énergies positives, l’espoir…

Dans mes réflexions, dans ce que j’ai pu observer et relever dans le comportement des gens « heureux », la confiance est la base, le ciment, les fondations du bonheur.

Que ce soit dans un domaine plus général comme la façon d’envisager l’avenir, la nature humaine… Ou bien dans la sphère amoureuse, en ayant une confiance en l’autre, dans le lien qui unit si profondemment .

Mais aussi dans le domaine des affaires ou la certitude, la conviction en l’objectif est inébranlable !

Que ce soit au niveau de l’engagement militaire ou la confiance en son équipe crée un lien d’amitié, indéfectible.

La confiance, semble bel et bien être la clef de la réussite et du succès.

Même les religions, se fondent sur la confiance, sur la foi, pour fédérer derrière un idéal.

Alors quels seraient les outils, les leviers à utiliser pour se garantir une confiance inébranlable ?

 

L’humilité, le sésame de la confiance ?

 

Il me semble évident que l’humilité, la modestie sont des outils puissants pour installer la confiance. L’égo n’ayant plus sa suprématie, la place est alors disponible et vacante pour l’écoute, l’empathie et l’apprentissage.

Une fois débarrassé de l’égo, la disponibilité à l’autre est riche d’enseignement. Elle est source d’échange de ressentis, celui de l’autre et le notre, nous pouvons dès lors nous confier, faire confiance, échanger.

Et concrètement, quels en sont les risques ? Qu’avons nous à perdre ?

L’égo n’étant plus là, pouvoir être nous-mêmes, est ce que c’est « dangereux » ?

Nous sommes nos meilleurs gardiens, alors bas les masques et soyons nous mêmes, pas pour l’autre, mais pour nous et enfin !

 

Les attentes réalistes : Le berceau de la confiance

 

Lorsque l’on parle d’attentes, il est clair que l’autre n’est pas là pour combler nos manques.

Cependant, dans la construction d’un couple il est clair que nous avons des attentes. Nous devons mêmes nous autoriser à en avoir et à les faire valoir.

Rencontrer une personne avec laquelle nous nous sentons bien, à l’aise, avec laquelle nous nous exprimons librement. Une relation dans laquelle nous ne nous sentons pas jugés, sanctionnés ou sur la défensive.

Il s’agit là d’attentes légitimes, essentielles, indiscutables.

Nous avons notre libre arbitre, par conséquent, nous pouvons installer des « warning ».

Dès lors que notre zone d’expression libre, sans contrainte, ni tabou est contrainte, que nous nous sentons humiliés, relégués à un rôle de figurant, ou bien que nous n’avons pas le respect que nous estimons indispensable …Que ce soit de notre fait… par notre peur de blesser et d’être abanonné, ou bien d’une emprise qui nous pousse à revêtir un masque.

Ces « warning » doivent clignoter, nous alerter que nous ne sommes plus en confiance et que nous devons quitter cette zone d’inconfort.

 

Conclusion…

 

Si nous sommes là, c’est que nous nous sommes relevés à un moment donné voir même, plusieurs fois.

Alors ayons confiance et…avant tout en nous. Il serait ballot de passer à côté du bonheur par peur. Si l’occasion se présente et si nous la saisissons nous pouvons être heureux !

Prenons la clef ! des champs…pour ouvrir notre serrure…, notre coffre blindé… peu importe l’image !

Ouvrons de nouveau la porte au bonheur, à la joie, servons nous de nos expériences pour conforter notre confiance en nous : Nous nous relevons TOUJOURS alors CARPE DIEM et accueillons la chance d’être heureux, parce que :

 

Nous le valons bien »

 

 

 

Share This